L'angoisse de la prise de poids de mon bébé

L'angoisse de la prise de poids de mon bébé

Nous sommes début août 2012, ma fille est née fin mai. Elle a donc un peu plus de 2 mois. Lors de sa visite chez le pédiatre (la visite des "2 mois"), il trouve qu'elle n'a pas assez grossi. Elle n'a pris que 1,230 kg depuis sa naissance et 280g depuis la dernière visite (22 jours plus tôt). Elle n'a pas pris LE KILO réglementaire. Moi qui pensais bien me débrouiller avec ma fille et les tétées. Je ne comprends pas ce qu'il se passe !

J'entends le pédiatre me dire des mots comme "lait infantile", "complément", "prise de poids".... Je ne veux surtout pas de biberons, ni de lait infantile, et autres pour mon bébé ! Je veux allaiter ma fille exclusivement pendant ses 6 premiers mois ! C'est ce que préconise l'OMS, non ?

bébé qui tète sa maman

Le pédiatre me dit que je dois la faire peser tous les 2 jours et qu'elle doit prendre 20 à 40 g par jour. La faire peser: quand, comment, où ? Et si elle ne prend pas ses fichus 20 g ? Il faudra compléter me répond-il !

Puis l'échange s'arrête là "Au revoir Madame, on se revoit dans un mois"... Et je m'en vais avec mon bébé et mes questions.

Je rentre pensive, perdue. Je parle à mon bébé, je lui demande de téter plus, plus longtemps. Ma fille n'a pas l'air de comprendre. Pourquoi faut-il changer quelque chose ? Elle ne tète jamais très longtemps. 10-15 min maximum. Elle ne doit donc avoir que le lait sucré du début de la tétée (mais ça je l'ai appris bien après, bien trop tard). Le lait bien gras arrive plus tard. Mais comment faire pour qu'elle prenne davantage ? Je tente de trouver une sage-femme. Mais nous sommes en plein mois d'août avec le week end du 15 août qui approche. Les sages-femmes sont en vacances. Les PMI (centres de Protection Maternelle et Infantile) sont fermés. Celles qui restent ouvertes ne reçoivent pas les personnes qui ne résident pas dans la ville...A force de chercher, d'expliquer ma détresse, je trouve une sage-femme qui accepte de venir peser ma fille.

En attendant, je tente de favoriser la production de lait en tirant mon lait mon duper mon corps et lui faire comprendre que mon enfant a besoin de plus de lait, et qu'il doit produire plus.

La sage-femme viendra peser ma fille à 3 reprises en 15 jours. La première visite a lieu 7 jours après la visite chez le pédiatre au ma fille n'a pris que 60 g. Je me résous donc les larmes aux yeux à compléter l'allaitement par un biberon de lait infantile. 

Mais pas si facile le biberon ! Ma fille n'en veut pas ! Elle n'en veut pas, qu'il s'agisse de mon lait ou qu'il s'agisse du lait infantile ! Que ce soit Papa ou Maman qui donne le biberon ! Que Maman soit dans la pièce ou que Maman soit ailleurs ! Il faut se débrouiller! La petite cuillère ? Trop galère ! Trop grosse pour la petite bouche de mon bébé! On en met autant à côté qu'elle n'en avale! La pipette ? Quelle pipette ? Celle pour la vitamine D ? Système D, c'est le cas de le dire !

Un mois après la visite chez le pédiatre (qui ne s'est pas inquiété entre temps bien sûr...depuis et pour d'autres raisons, j'ai changé de pédiatre :-)) ma fille a pris 990g. Alleluia !!

Mais finalement, j'ai eu la chance d'avoir trouvé in extremis cette sage-femme qui est venue à domicile. Et à l'époque j'avais pu louer à "ma voisine" son pèse-bébé grâce à MyBabyLoc, cela m'aurait sans doute grandement simplifié la vie de jeune maman que j'étais. J'aurais peut-être moins stressé ! 

Pour mon fils (eh oui, lui aussi a le droit d'avoir ses quelques lignes dans mon blog :-)): le problème s'est répété lorsqu'il a eu 5 mois. Mon médecin a été beaucoup plus compréhensif les mois précédents, et moins strict si la prise de poids qui était fluctuante. Bien sûr, mon fils n'a pas voulu du biberon. Nous avons donc opté pour une diversification avant le 6ème mois. J'ai cependant continué l'allaitement jusqu'à ses 12-13 mois.

Pour info, chères mamans: si l'allaitement vous tient à coeur, sachez que les professionnels de la petite enfance une reçu une formation très courte sur l'allaitement au cours de leurs études (à moins qu'ils n'aient effectué une spécialisation par la suite). Je vous suggère donc de vous rapprocher de sage-femme spécialisée en allaitement. Il y a également la leche ligue, une association qui sera là pour vous soutenir et vous apporter de vrais conseils et sans jugement (car il faut aussi le reconnaitre, chacun à son avis sur l'allaitement, bien qu'on ait pas forcément envie de l'entendre!).

Laissez votre commentaire